image canapé

Autrefois synonyme de qualité et de bon goût, le canapé cuir et bois a de nos jours une notoriété en berne. Il faut dire qu’il pâtit d’une image un peu vieillotte, quoi que pas tout à fait légitime : une bonne partie des consommateurs l’associe au salon de grand-mère, orné de coussins en laine tricotés main… Pourtant, contrairement aux idées reçues, le canapé cuir et bois est aussi et avant tout un signe d’élégance et de sophistication. Avec ses dossiers et ses assises capitonnées, le canapé chesterfield, par exemple, évoque aussi bien le dandysme des Lords britanniques que l’ambiance raffinée des salons parisiens… Par ailleurs, les designers qui ont planché sur l’image du meuble ces dernières années ont su l’adapter aux époques et aux tendances, variant les formes, les aménagements et les coloris de façon inventive et futée.

Comme s’ils s’entêtaient à jeter dans la tombe un artisanat d’excellence, certains producteurs d’ameublement préfèrent réduire leur sélection aux « valeurs anciennes » au lieu de donner un coup de pouce aux adaptations que le canapé cuir et bois peut connaître. Un choix qui, évidemment, décourage fabricants, designers… et consommateurs. De même, nombreux sont les points de vente qui suivent le mouvement en évinçant les canapés cuir et bois modernes de leurs rayons, au mieux au profit de lignes plus traditionnelles, au pire en concentrant carrément leur intérêt sur d’autres types de meubles. Mais ce déclin des ventes du canapé cuir et bois entraîne hélas la raréfaction d’un savoir-faire unique, celui des grandes signatures italiennes capables d’allier avec élégance deux matériaux nobles. Victimes du marché, de nombreuses usines ont en effet été contraintes de glisser la clef sous la porte.

Conscients que le secteur a du plomb dans l’aile, des spécialistes du meuble cherchent aujourd’hui à faire bouger les choses et se tournent vers les internautes via des sondages qui militent pour éviter la pénurie. Plus qu’un meuble, il s’agit de défendre d’une part la liberté de choix du consommateur, d’autre part la permanence de matériaux à la qualité irremplaçable (en particulier le cuir, le hêtre, le chêne, le merisier, le peuplier et bouleau) et l’expertise des corps de métiers qui y sont rattachés. Un combat dont Vivons facile ! tient à se faire le relais en vous invitant à réagir ici ou là sur le net…