Certains collectionnent les livres, les pièces de monnaie ou les timbres du monde entier. Philippe, lui, serait prêt à beaucoup de sacrifices pour se procurer… un tracteur ancien Massey Ferguson, surtout lorsqu’il s’agit d’une pièce rare. Pas les grands vroum vroum, non. Plutôt les modèles réduits. Et cette collection occupe déjà beaucoup de place chez lui : le Rennais a fait construire sur-mesure deux bibliothèques géantes dans une pièce exclusivement réservée à sa passion.

On pense bien sûr à cette parodie de Bardot par Jean-Marie Bigard : « je n’ai besoin de personne en Massey Ferguson ». Bien au delà des jeux de mots, quand on demande à Philippe le pourquoi de cette collection, on apprend qu’il s’agit comme souvent d’une histoire de famille. Son père était lui aussi un véritable passionné de tracteurs et c’est tout naturellement que Philippe a souhaité prendre la relève. Ses yeux brillent et il sera difficile d’en savoir plus. Comme un enfant dans un magasin de jouets, le voilà qui pointe du doigt un modèle puis un autre, intarissable et toujours émerveillé. Ici un tracteur avec remorque à bois, là un autre avec une benne basculante – celui dont il semble le plus fier.

Philippe n’est pas un cas isolé. La marque de tracteurs a même son fan club en France, le Club Ferguson. Ses six cent adhérents peuvent ainsi se procurer toute la documentation sur la gamme Massey Ferguson, depuis la fin des années trente jusqu’aux années quatre-vingt.

Moralité, si votre enfant vous demande un tracteur pour son anniversaire, ne soyez pas trop étonné. Il se peut qu’il trouve son bonheur avec ces drôles de bébêtes. Comme Philippe qui, à 55 ans, a su garder le même regard que lorsque son père lui montrait sa dernière acquisition. Un tracteur rouge éclatant qui occupe aujourd’hui un place bien à part, niché dans une petite vitrine au centre de « la pièce à rêves », comme l’a baptisée Philippe.