Le soleil est là, c’est la saison idéale pour aller… pêcher ! Associée à tort à l’ennui, la pêche a des intérêts multiples. On vous en dit plus.

Un loisir nature

A l’heure du 2.0, de plus en plus d’entre nous ressentent le besoin de déconnecter, de faire une pause loin des tablettes, du wi-fi et des réseaux sociaux. Parce qu’elle se pratique dans un cadre naturel et nous incite à prendre le temps, la pêche est une activité de choix pour une parenthèse au vert. Mieux encore, « [elle] permet réellement d’entrer en contact avec les éléments naturels. Des choses simples comme se poser sur l’herbe, sentir un vent léger, recevoir sur la peau les clapotements de l’eau, écouter les sons de l’environnement, et même saisir le poisson entre ses mains », rappelle Nathalie Baquet, spécialiste du rapport entre l’homme et la nature. « C’est un retour aux sources qui peut faire beaucoup de bien aux sens et à l’esprit. »

Solo ou en équipe

Si la pêche peut être un moment solitaire propice à la contemplation et à une paisible méditation (avant que viennent les prises !), elle se prête également au partage et à l’échange. Dans l’esprit de camaraderie chanté par Gabin sur les bords de Marne, on casse la croûte (sans oublier de ramasser ses déchets…), on trinque (avec modération bien sûr), on passe le temps en attendant que l’hameçon remue, on s’émerveille des prises des autres et on rit de son piètre talent de pêcheur (ou l’inverse). La bonne humeur est souvent de mise, même à volume modéré pour ne pas effrayer les poissons.

Du sport !

Qui a dit que toute partie de pêche se résumait à s’endormir devant une canne trempant des heures dans l’eau ? Certainement pas les adeptes du surfcasting ! Rien que le nom donne un frisson d’adrénaline – en français : « jeter dans la vague ». Cette technique consiste à se placer au bord d’une zone aquatique un peu plus mouvementée qu’une gare d’eau (type mer ou estuaire) et à lancer le hameçon de sa canne à pêche surfcasting le plus loin possible dans les vagues (idéalement la troisième, mais on excusera ceux qui n’atteignent que la première). Le but ? Atteindre l’endroit où se trouvent les plus belles prises. Et s’amuser !

Une activité responsable

Certains détracteurs accusent la pêche, comme la chasse, d’être un loisir criminel. Il faut pourtant rappeler que la plupart des zones de pêches (privées ou publiques) sont soumises à une réglementation encadrant la pratique en amateur. Ainsi définis, l’étendue géographique, la période de l’année, l’équipement à utiliser, le nombre et le type de prises permettent de préserver les ressources et de maintenir l’équilibre des écosystèmes. En adhérant à certaines associations de pêche, vous contribuerez aussi à soutenir une pratique et une économie éco-responsables : travaux d’entretien des zones de pêche, protection et gestion du patrimoine aquatique, sensibilisation des publics aux conduites respectueuses de l’environnement ou encore aide apportée aux agences de l’eau, indispensables à la bonne qualité des eaux. Enfin, pêcher c’est aussi savoir d’où vient le poisson consommé et s’assurer de sa fraîcheur. Viendra ensuite le plaisir de le vider ! Mais non, ce n’est pas mission impossible… Et puisque vous serez revenus à la civilisation, pourquoi pas vous aider d’un tuto sur le net ?