Dès demain commencera la grève SNCF, « un conflit intensif sur une très longue durée » selon les mots de Laurent Brun, secrétaire-général de la CGT-Cheminots. Le 22 mars sera également une journée de mobilisation générale suivie par les agents de la RATP. Elle privera ainsi les usagers de leurs principaux moyens de transport franciliens : métro, RER, bus et tramways. Et si le moment était venu de songer à d’autres modes de déplacement en ville ?

Les vélibs ? Mauvaise pioche, du moins en ce moment. Le service connaît en effet quelques turbulences… A l’heure où nous écrivons cet article, seulement 40% des nouvelles stations parisiennes sont finalisées (dixit Anne Hidalgo sur France Bleu).
Alors, pour certains, le plus pratique est encore de se déplacer en scooter à Paris. Ce n’est sans doute pas un hasard si les déplacements en deux-roues ont bondi de 67,3% depuis le début des années 2000. Bien plus économiques qu’une auto à l’achat, leur faible consommation est également un moyen de réduire les frais : environ 2,5 litres aux 100 km pour les moins de 125 cm3 contre 5,3 l/100km pour les voitures (au minimum). Les économies se font aussi sur l’entretien, souvent moins coûteux.
Enfin, le gros avantage du scooter reste la facilité de stationnement et la gratuité des places réservées aux deux-roues. D’autres encore mettront en avant la sensation de liberté, rarement éprouvée dans les couloirs du RER…
Moins cher qu’une voiture et plus fiable que les transports en commun, le scooter semble définitivement être le meilleur compromis. Et si on s’y mettait  ?